Mid-Autumn Festival

IMG_1796  Pour le Mid-Autumn Festival, nous sommes quelques chanceux étudiants en échange à avoir été invités à souper chez le directeur du service international de mon université, la HKBU. Autant vous dire que cette soirée fut géniale.

Je vais vous la raconter.

Le Mid-Autumn Festival (comprendre festival de la mi-automne) est une fête nationale célébrée par les populations chinoises et les vietnamiennes qui se déroule le quinzième jour du huitième mois du calendrier chinois, pendant une pleine lune, ce qui fait du fin septembre/début octobre chez nous, à peu près vers l’équinoxe d’automne. Cette année, c’est tombé le jeudi 19 septembre, allez savoir.

HK mid automnC’est une fête super importante qui ressemble un peu à Thanksgiving mais absolument pas pour les mêmes raison. Cette fête est super connue parce qu’il y a des lumières partout, des petits lampions et tout, des danses de dragons dans les rues, mais surtout parce qu’on y mange le traditionnel « moon cake« , un truc plutôt immonde avec un jaune d’oeuf cuit au milieu.

2013-09-10 20.13.03

Ça c’est John qui regrette d’avoir croqué.

Pour la petite histoire – si j’ai bien compris ma roomate Ku – il s’agit d’un archer divin, Hou Yi, qui a abattu 9 des 10 soleils qui brûlaient le monde et qui, comme récompense, reçut de l’herbe qui rend immortel. Il voulait pas se faire piquer son cadeau, alors il l’a caché. Mais sa femme Chang O fouilla partout et elle finit par trouver le pochon qu’elle consomma intégralement, la coquine. Mais elle a flippé grave, et s’est envolée vers la lune pour échapper au courroux de son chéri (il paraît même qu’une fois là-bas, elle a tout recraché pour le donner au « lapin de Jade »… ouai). Du coup ce « moon cake » est apparemment là pour rappeler l’ascension de cette déesse (appelée aussi Chang’e aussi) vers la Lune.

moon festival

Mais Wikipédia dit quelque chose d’autre alors je suis pas sûre. Il y a aussi cette histoire qui dit que les moon cakes étaient donnés aux soldats chinois (les Han) lors d’un soulèvement contre les envahisseurs Mongols (la dynastie des Yuan) au 14ème siècle (le tout qui a amené l’avènement des Ming, mais si souvenez-vous, les cours d’histoire en Première!! Rholalalala). L’armée chinoise se servait de ces petits gâteaux pour faire passer un message pacifique et spirituel appelant à la révolte le soir de la pleine lune en glissant dedans des petits papiers tous mignons qui disaient :

« Tuez les barbares le quinze du huitième mois »

(八月十五殺韃子)

Ça avait l’air sympa.

Mais après avoir demandé 1000 fois à 1000 personnes (ou 1 fois à 1000 personnes… ou 1000 fois à 1 personne…), personne ne savait vraiment me donner une explication précise de la signification de cette fête. Je pense que le plus important est de savoir que c’est une fête qui est censée rassembler les familles, et leur faire retrouver l’amoûûûûr. C’est beau.

Du coup, j’ai pas vraiment compris pourquoi, mais on a été 3 -chanceux- étudiants en échange à avoir été invités à passer cette fête nationale (un gros truc quand même!) chez Peter Li, es director of International Office. Ce mec est super, il est pas vraiment Hong Kongais, il a vécu très longtemps aux staïtses, donc plutôt occidental dans son mode de vie et sa façon d’être, mais on a fêté ça « à la local », avec Sandy et Jennifer, deux autres responsables du département (de nous quoi), dans son appartement de bogoss se situant dans une résidence de l’upper east side (xoxo). Enfin non pas vraiment mais juste un coin vraiment richou de l’est de Kowloon Side (partie au nord est de HK Island), au sein d’une résidence qui ressemble de loin à un complexe hôtelier 12 étoiles donnant sur la mer et les buildings étincelants de l’autre côté. Bueno quoi.

IMG_1754

vue du balcon

Jonas et moi sommes arrivés méga à la bourre parce qu’on avait cours de self-defence avant (eh ouai, on est des gens comme ça), mais on en a quand même profité pour faire des photos de touristes dans le hall de la résidence qui ressemblait à un Shangri-La qui aurait été pimpé.

IMG_1726IMG_1727À peine arrivés, nous avons été reçus comme des rois. Peter a fait toute la cuisine tout seul, mais impossible d’aller le rejoindre dans la cuisine pour l’aider, il a refusé catégoriquement toute la soirée. Sagement assis à table, on l’attend donc pour commencer les festivités, les narines frétillant au doux fumet s’échappant du bunker culinaire (car monsieur a en fait passé l’après-midi à tout cuisiner lui-même. Un héros.)

IMG_1735

C’est Peter Li !

IMG_1736

Au bout de quelques minutes, notre hôte arrive enfin, et avec lui une multitude de plats, aux couleurs folles, et plus alléchants les uns que les autres. Le dîner commence, et c’est un régal. Et Monsieur a même sorti 3 bouteilles de sa cave perso (FRANCE RPZ), c’est vous dire qu’on s’est mis très bien.

IMG_1746Oui Monsieur.

IMG_1752IMG_1751 

coucou c’est nous

IMG_1748

À la fin du (des) plat(s) principal(aux) (le tout ayant quand même duré approximativement 3h30), on a décidé de faire un petit tour dans le jardin de la résidence pour digérer et admirer en même temps les locaux fêter le Mid-Autumn Festival en famille – tous de lumières vêtus.

IMG_1790

(ouai parce que j’ai un peu une âme d’artiste)

IMG_1782 

les enfants, tout ça tout ça

IMG_1775

La résidence et la full mooooon

IMG_1792

Même les hippos avaient l’air contents.

C’est pas le tout, mais on voulait quand même goûter au dessert, gourmand(e)s que nous sommes, et on est remonté pour satisfaire nos envies de sucré (que le premier à qui cela n’est pas arrivé me lance la première baguette). Dans l’ascenseur tout le monde est plus ou moins déjà bourré, dans la tête on a tous 14 ans.

IMG_1761on s’en fout on est des fous

IMG_1805

coucou c’est encore nous

Pour finir le festin, Sandy avait apporté une tarte aux pommes COMME CHEZ NOUS, et Jonas avait lui apporté des moon cakes. Mais attention, pas n’importe quels moon cakes, non, parce que c’était des moon cakes aux fruits, et pas n’importe moon cakes au fruit, non, parce que c’était des moon cakes au fruit SANS JAUNE D’OEUF.

VOILÀ.

IMG_1803

On a essayé de menacer Peter en lui disant que s’il ne nous le laissait pas l’aider à faire la vaisselle, on ne reviendrait plus. Ça n’a pas marché, on a seulement pu le regarder. C’est quand même pas mal. Et puis ils nous raccompagné à l’entrée de la résidence vers 2h du matin, en continuant les blagues.

Bref, j’ai passé un mid-autumn festival mega stylé.

Publicités

Happy Birthday to youuuuu

Vous ai-je parlé de mon anniversaire ? Vous n’êtes pas sans savoir que le 30 septembre 1991 un petit truc de plusieurs kilos -mais pas trop- a vu le jour à Boulogne-Billancourt dans la « clinique des stars » (JE DECONNE PAS) [Coïncidence? Je ne pense pas], qui se situe dans 92 -pour les nuls, et que ce truc, bah c’était moi.

Voici mon histoire. [tam taaaaaaam]

À mon étage de la résidence universitaire (5th floor, ZHOU HALL ZHOU HALL ouuuuuuuuh), il y avait une petite feuille sur laquelle on pouvait marquer la date de son anniversaire et ce qu’on voulait pour l’occaz’. Certaines ont laissé parler la sensibilité qu’elles avaient en elles et ont demandé un petit cadeau, d’autres à rester « forever 21 » (je vois pas trop l’intérêt mais intéressannnnnnt) et d’autres, plus intrépides, ont demandé une « SURPRISE » (genre moi).

Donc je m’attendais à un truc de fifou genre porté-saut carpé-tourne boullé-bataille d’oreillers, mais le soir de mon nanniv, rien.

Enfin… on est quand même tous allé -genre une cinquantaine d’expats et quelques locaux- chez Mr Wong, THE PLACE TO BE pour boire et manger à-ne-plus-pouvoir-se-lever-pour-prendre-un-taxi-pour-aller-à-LKF (variante wan chai) [les deux spots de la night à HK beybey] le tout pour HK$60 (= 6€). Et Mr Wong en personne vaut vraiment le détour ;).

2013-09-30 21.06.39Après une ribambelle de tours de bières et de plats divers et variés (shotgun sur le sweet & sour fish), p’tit discours, p’tite casquette, p’tites chaussures, Marissa avait prévu les paillettes et c’est parti en « sparkling battle » devant le resto. Certains s’en sont mieux sortis que d’autres.

2013-09-30 21.51.41

Kanon, qui va bien souffrir pour tout enlever.

Pour marquer le coup, Morven, Lauren & Jet m’ont aussi offert des oreilles de lapinou histoire que tout le monde soit bien au courant partout que c’est MON ANNIVERSAIREUH. Je vous épargne les super jeux de mots Alice-Lapin-Coquine-Alice au pays des merveilles mais c’était un jour de bonté donc c’était cadeau !! (ce-même accessoire qui allait devenir LE MUST HAVE de la soirave).

2013-09-30 19.37.07-2

Morven, Moué et Jet dans le MTR.

N’empêche qu’après on est allé à LKF pour continuer la fiesta, et que j’ai spécifiquement demandé à tout le monde (ou subi) de porter ces-dites oreilles pour avoir un petit strombinoscope de la soirée de l’année. Parce que, qu’on se le dise… c’était plutôt sympa.

Pour vous donner un aperçu… (âmes sensibles s’abstenir)

2013-10-01 01.15.41  Alex aussi a apprécié la soirée !

2013-10-01 01.24.55

Andres est plutôt marrant comme mec.

 2013-10-01 01.08.18

Savannah a l’air tristoune, mais la vérité c’est pas vrai.

2013-10-01 00.51.10

… je ne sais pas.

2013-10-01 00.47.28 2013-10-01 00.47.01

Kai, Max et Waleed profitent de l’instant.

2013-10-01 00.29.42

Moi et mes bestas (Miriam & Laetitia)

2013-09-30 23.14.24

Michaela s’amuse bien dans son cageot.

Je rentre donc dans mon chez moi vers … très tard, et le lendemain fut tout à fait difficile. Mais comme je suis plutôt bien tombée, le 1er octobre (le lendemain, ndlr) est un jour férié à HK, donc on a pu pioncer tranquille toute la journée.

Mais un peu la mort dans l’âme quand-même, je me dis que ces collocs d’étage sont pas trop trop sympas quand même… Levée à 15h du matin, je n’ai pas trop le temps de voir le temps passer que déjà nous sommes le soir et qu’il est 2h du matin. Je me dirige dans ma chambre, et reçoit un texto de ma hall tutor (EVA, ndlr) qui voudrait me parler. Croyant à un problème de toilettes, je me dis que ça peut attendre, mais je lui fais quand même savoir que je suis rentrée dans ma demeure. En pyjama, sexy as hell, le cheveux gras, je me retrouve devant mon ordi à mater le dernier Zap de Spion quand tout d’un coup débarque une floppée de brunettes avec un petit gâteau dans les mains et une bougie.

Ohhhhhh noooooooooooon trop mignon ! Ces coquines m’ont fait une surprise à retardement ! Direction la salle commune de l’étage pour manger le cheesecake d’anniversaire (délicieuuuuuux) et remercier la troupe, puis prendre une photo, parce que LA PHOTO quoi.

2013-10-02 01.10.27

COUCOU C’EST NOUS!

 D’ailleurs, à HK, il ne faut pas couper entièrement la première tranche du gâteau sinon on a 10 ans de malheur ou on ne se mariera jamais je ne sais plus mais je n’ai pas voulu prendre le risque, vous voyez. Donc on plante son couteau MAIS PAS JUSQU’AU BOUT, et ensuite on retire le couteau pour couper la vraie tranche.

Le sachiez-vous? Non? Ba moi non plus.

Ils sont fous ces chinois.

Adresse de Mr Wong : 10 Shamchun Street, Mong Kok, Hong Kong, +852 9080 5631.

Pensez à appeler pour réserver avant parce que c’est toujours bondé, et pas la peine de venir après 20h, ce sera déjà plein.

Mode d’emploi

Comme on vit dans un monde pas si cruel, j’ai décidé de vous élaborer une liste qui retrace toutes les petites caractéristiques, des plus horripilantes aux plus WTF, qui font de Hong Kong… Hong Kong.

Bref, voici un petit mode d’emploi du parfait Hong Kongais.

(Mise à jour progressivement la liste sera)

2013-08-30 17.01.30

1. Dans le MTR (métro), les pieds des autres tu écraseras, tes coudes dans les côtes des autres tu planteras, et jamais tu ne t’excuseras.

2. Par terre, en te cachant, tu cracheras.

3. Un chien tu auras.

4. Si ton chien est gros, en laisse tu le sortiras, sinon, dans un caddie tu le promèneras.

5. Tes courses au 7/11 à 1h du matin, tu feras.

6. Jamais, tu ne dormiras.

7. Les portes tu claqueras.

8. Tes exploits, tes réussites, ton argent partout tu étaleras.

9. Un parapluie quand il fait beau tu dégaineras.

10. Tout avec ta carte octopus tu paieras.

11. Aux diners officiels, point de vin, mais du jus d’orange tu boiras.

12. Si tu as faim, des brochettes de nourriture indéterminée achetées dans la rue sans t’inquiéter tu mangeras

13. Très TRÈS fort à tout heure du jour et de la nuit tu parleras.

14. Des « group meeting » à 2h du matin avec tes potes de fac tu feras.

15. Les étrangers (guailo) [genre moi] tu haïras, et en cantonais tu les insulteras.

16. Les étrangers (guailo) [genre moi] tu adoreras, et leur chemin tout le temps tu leur montreras.

17. Un des deux camps ci-dessus tu choisiras.

18. La queue pour prendre le bus tu feras.

19. L’alcool tu ne tiendras pas.

20. Des émoticones partout tu mettras.

21. Si tu n’as pas envie de parler à une personne, ton dos tu lui montreras.

22. Des Happy Corner tu infligeras (et vice et versa).

23. Comme un excité et à peur près mille fois in a raw sur le bouton « close the door » de l’ascenseur, tu appuieras.

24. À du free wifi partout, même dans le métro, tu te connecteras.

25. À demi à poil dans la rue sans soucis, tu te baladeras.

26. Ta main comme pour chasser un moustique, pour attraper un taxi tu agiteras.

27. Du lemon tea (mais attention pas dans le MTR!!!) tu boiras.

28. Ton ordi à la main pour skyper dans le MTR (là tu peux y aller), sans craintes, tu arboreras.

29. Devant les gens qui font la queue pour acheter quelque chose, sans gêne tu passeras.

30. Un téléphone intergalactique qui mesure 53cm2, tu possèderas.

31. Un menu Big Mac à 3€ tu dégusteras.

32. Au karaoké ta voix sur « Like a Virgin » de Madonna, tu épuiseras.

Usagi, un lapin pas si gros que ça

Vous l’avez sûrement vu à la radio, lu à la Tévé, entendu dans les journaux, eh oui, le 22 septembre 2013 il y a eu un gros typhon à Hong Kong !

Cette grosse tempête au petit nom tout mignon (Usagi, qui signifie lapinou en japonais) a fait stresser plus d’un niakoué ! Estimé plus grosse tempête de 2013, il nous a fait un peu paniquer, mais d’une façon très particulière. En fait, on était partagé entre la peur de mourir emporté par des vents à plus de 200km/h, et super excité de voir enfin une catastrophe naturelle alors qu’on vient pour la plupart de pays sans trop de turbulences climatiques. Alors oui, ça a un côté très malsain, mais je le jure monsieur le commissionnaire, j’étais pas toute seule !

Deux jours avant, on nous a envoyé des mails pour nous donner les consignes de sécurité à bien respecter. La plus WTF : rester loin des fenêtres. Sachant que nos cagib… chambres mesurent approximativement 10m2, même collée au mur opposé je reste potentielement en danger. Du coup, je me suis dit, quitte à risquer ma vie, autant me sentir plus en liberté et kiffer la vibes en taquinant la grande faucheuse.

Le dimanche, ce fut la panique : tout le monde s’est rué au supermarché, les rayons étaient VIDES (genre vraiment), et on sentait quand même le vent souffler.

Pas de quoi affoler un dauphin en méditerrannée, mais quand même.

Une fois bien au chaud, on découvre les préparatifs de l’école : le scotch de vitres.

2013-09-22 04.04.22

J’imagine que c’est pour éviter que le verre se brise en mille morceaux si une poubelle ou une vachette venait malencontreusement heurter le bâtiment. On nous annonce le signal 3, puis le signal 8 : et là, hallellujah !!! (les cours sont annulés pour le lendemain matin mais moi j’ai pas cours le lundi, donc je suis plus happy parce que ça veut en gros dire : « tous aux abriiiiiiiiiiis » et ça signifie qu’il va y avoir de l’action!).

2013-09-22 04.06.122013-09-22 20.21.34

Petite population expatriée que nous sommes, nous mourrons d’impatience : tout le monde nous répète « Attention, ça va être un gros typhon oulalala » du coup on s’attend à un truc de ouf ! On se barricade dans la salle vidéo, et on en profite pour se mater (pour la vingt-troisième fois) Fight Club.

2013-09-22 23.36.31

Puis, il est 1h du matin, on a toujours rien vu, on checke de temps en temps sur nos smartphone les news de MyObservatory (l’application meteo de HK) et on constate que le typhon s’éloigne progressivement des côtes hong kongaises. Ni une, ni deux, on sort le bout du nez, et on constate que la pluie n’est pas plus forte qu’une grosse averse bretonne. Qu’à cela ne tienne, un groupe de foufous sort et prend une douche naturelle. Un peu couillon, puisqu’ils se font disputer par le mec de la sécu, et doivent rentrer tous mouillés dans le campus. Sauf que dans le campus, la température baisse toujours d’une quinzaine de degré à cause de la CLIM. Bonjour la chair de (pieds de) poule(t).

Avec d’autres étudiants musicos, on choisi de faire un petit bœuf qui se termine quelques heures plus tard. Gros kiff. Puis il est 4h du mat… on n’a rien vu… on va se coucher.Le lendemain matin, le signal repasse rapidement à 3, et les cours reprennent.

Bref, grosse déception.

Même les locaux s’attendaient à un gros truc et sont un peu degoûtés. Bon, on n’oublie pas que Usagi a été très violent aux philippines et en Mainland China, et qu’il a fait pas mal de morts. On se sent un peu con du coup d’avoir ressenti ça. Mais c’est vrai qu’à Hong Kong, on est hyper protégé des catastrophes naturelles de ce genre. Avec la densité de skyscrapers la plus forte du monde (à côté New York City c’est du thon en boîte), et le fait qu’il y ait pas mal de hauteurs, le vent ne peut pas atteindre la plupart des secteurs résidentiels. Surtout nous à Kowloon, entre les gratte-ciels et le lion rock, on est complètement protégé. Donc pour le prochain ouragan, vous inquiétez pas, je serai à l’abri ! J

Bilan du typhon : de l’excitation, un stock de nourriture quasi acceptable (avec du nutella et du fromage s’il-vous-plaît !), et pour la plupart un gros rhume !

2013-09-22 19.55.55

Pour finir, certains ont voulu « fight the typhoon » et sont allés au bar du campus (Billy Boozer) en tenue de combat : je vous laisse mater.

Typhooon

Let’s go to the beach, bi… beach

Pour notre première sortie organisée, les étudiants locaux nous ont proposé d’aller à Cheung Chau, une île située au sud-ouest de HK island.

Capture d’écran 2013-10-06 à 00.20.02

Après quelques stations de MTR et un trajet d’environ 45m de ferry, duquel on a pu apercevoir l’imposante skyline hongkongaise (je dis apercevoir puisque même si le beau temps répond à l’appel, la pollution omniprésente recouvre souvent le paysage d’un brouillard plus ou moins dense), on arrive enfin sur l’île.

2013-09-07 11.41.01

 Les bébés chinois sont tous mignons. Mais quand ils deviennent adultes…

Bref je m’égare.

2013-09-07 11.39.12

(voici un exemplaire assez impressionnant d’une photo panoramique complètement ratée)

Les premières images nous donnent l’impression d’être sur une petite île de pêcheurs,(…)

2013-09-07 12.17.52

le ferry en mode je prends des photos de bégé avec mon iphone

2013-09-07 13.09.45

2013-09-07 12.21.21

Oui……. des para-soleils…….

(…) mais on aperçoit très rapidement le gros M d’un domac sur la berge. Enfin, on va pas se plaindre non plus, parce que quand on n’a que des brochettes de boulettes de poisson à l’aspect et l’odeur douteux pour subsister, on est bien content de retrouver un bon vieux big mac. Surtout qu’ils ont ressorti le big tasty ici hi hi ☺

On décide d’aller directement à la playa parce qu’on meurt litéralement de chaud (il devait bien faire au moins 35°, sans vent, sans ventilo, sans glacière, rien). Mais arrivé à sur le sable, on découvre avec stupeur que la partie baignade – délimitée par un filet… « anti-requins »…

2013-09-07 12.34.06

Oui vous avez bien lu. Genre baignade suicidaire – est en fait un énorme ramassis de détritus. Ça nous coupe tout et on décide d’aller manger à la place. Un peu affamés et en même temps très inquiets de l’état de nos intestins après ingurgitation de nourrite de provenance et de qualité indéterminées sur une île inconnue (ne faites pas les innocents, vous m’avez très bien comprise!), on décide d’opter pour une option plus sage et de prendre un sandwich dans une petite barraque à frites. Ptit sandwich / chips pour moi, je me languis un instant du bon reblochon franchouillard en machouillant molement mon club « jambon » / vache-qui-rit solide qui n’a rien de marrant du tout. Après ce festin particulièrement ragoûtant, qui nous a quand même calé pour l’après-midi, on se redirige vers la poub… la plage parce qu’on n’a qu’une envie, se jeter à l’eau.

2013-09-07 12.30.10

Un peu comme lui. C’est la fête du zlip.

Le regard triste, le pas lourd, nous pensons que notre heure est venue quand d’autres étudiants en échange nous font signe : il y a en fait une autre plage plus loin où tout le monde est ! Ni une, ni deux (mon paréo n’a qu’à bien se tenir), on prend les ballons et les serviettes et marchons d’un pas motivé vers l’eldorado (sans daurades, ni requins de préférence, mais on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut dans la vie). 5 minutes de marche plus tard, on arrive : plage paradisiaque, propre (forcément il y a une dame portant un joli chapeau pointu qui enlève tous les déchets…), eau bleu lagon, palmiers, cocotiers, mais le filet anti-requin est toujours là.

2013-09-07 13.38.15

Tant pis pour mes descendants, je jette mon paréo et me jette à l’eau (dans tous les sens du terme). Au bout de la zone « safe » (haha) [on nous recommande quand même de ne pas s’approcher trop près du filet……… au cas où], il y a une grosse bouée solide sur laquelle on peut bronzer à plusieurs. Une sorte de plateforme où il est interdit de boire ou de sauter, mais où tout le monde fait les deux quand même. Quelques aller-retours salvateurs dans une eau pas si fraîche que ça (first world problem…) plus tard, on décide d’aller acheter des bières au resto de plage d’à côté, et on transporte nos canettes dans nos maillots pour se délecter paisiblement comme des cachalots en surpoids sur la nouvelle attraction de la journée.

2013-09-07 14.17.45

spécimen de groupe d’étudiants en plein effort

C’est sur cette bouée que nous nous adonnons à des rencontres fortuites. Disposés en étoile de mer, nous essayons de tisser des liens avec ces étrangers que nous voyons (quand-même) en maillot de bain. Après un rapide tour de table… enfin… de bouée, pendant lequel chacun se présente et raconte un peu son parcours, un local d’une trentaine d’année me prend à part et me demande si je serais d’accord pour qu’il me photographie un jour dans son studio. En effet, il paraît que c’est important pour un photographe d’avoir plusieurs types de « modèles » dans son book. Du coup, il demande aussi à Max, un autre exchange allemand très blond, type aryen total, et à Max, un autre allemand moins blond, mais qui fait l’affaire aussi. Ce fut notre première rencontre avec Jim.
Retour sur le sable ferme, on en profite pour se la péter un peu : c’est la tous les jours qu’on se fait street repérer quand même ! On retrouve ce curieux personnage qui nous file sa carte… qui en jette ! Dorée avec un soleil et tout et tout. Il déconne pas le mec.
Fiers comme des poux, on a encore faim et on part à la recherche de sushis qui, à ce qu’il paraît, étaient absolument incroyables. On arrive devant la bicoque de sushis, à $15 (=1,5€) le stick au crab/mayo et on meurt tellement de plaisir qu’on en prend 5 in a raw. Chacun. La propriétaire des lieux est trop cool, elle sort et nous fait la causette. Quand elle se rend compte que Max est allemand, elle pousse un petit cri et court chercher un carnet, et passe un coup de fil devant nous. Bizarre, on se regarde et on ne comprend pas vraiment ce qui se passe, puis tout d’un coup elle passe le téléphone à Max. À l’autre bout du fil, un autre allemand, qui était venu dans ce même « restaurant » la semaine dernière et qui avait laissé son phone-tel, apparemment la coutume ici pour les expats. Petite conversation au-delà du réel, tout le monde est hilare, et nous sommes abasourdis !! La conversation touche à sa fin, et on se fait inviter à revenir très prochainement, en se faisant promettre de se faire offrir le thé après la petite photo traditionnelle haha.

2013-09-07 18.39.19 En se léchant les doigts, on reprend le chemin de la plage, en remarquant alors les différents articles du New York Times sur le mur du bouiboui : this sushi place is famous !!! Du coup, on se sent plus péter et on sautille pour retrouver nos potos sur la playa.
À peine arrivés (il faisait déjà nuit), on croise un groupe d’étudiants qui repart en nous invitant à les suivre : un local vient de les inviter à faire un barcecue sur son toît là maintenant tout de suite ! Il habite sur une autre île, il faut juste prendre un autre ferry pour aller chez lui. Tout à fait irrationnellement, on saute de joie et dévalise le 7/11 pour faire le plein de nourriture / fourches à barbeuc / marshmallow / chocolat / bière etc etc
On trouve des petits caddies qui nous aident bien à transporter le butin (…)

2013-09-07 19.36.49–ou aussi des bêtes sauvages, parfois–

(…) et on prend le ferry à 20. Petit moment de féérie, on se met sur les bords du bateau, plus petit que le premier, les jambes à l’extérieur, et on se laisse porter par les flots.

Magique !

Descente de la bicoque. Attente sur le quai. Tout est bon, tout le monde est là, on peut y aller. On rencontre des chiens adorables, qui viennent demander de l’affection. Ryan et moi nous approchons sans crainte du premier animal (moi je m’en fous je suis vaccinée, eh ouai) et s’ensuivit un moment d’émotion sans précédent.

2013-09-07 21.37.35

C’est-y pas mignon.

Pendant ce temps-là, Max et Jeremy faisaient une bataille de broches à barbecue. Nous n’avons pas les mêmes valeurs. Ba ouai, on est à Hong Kong, pas à Bordeaux (chesnel). Ok c’est nul.

2013-09-07 21.33.18

Puis, la marche reprend, tous à la queue leu leu, pour s’enfoncer, de nuit, de plus en plus profondément dans la jungle de cette île appelée Lantau Island.
Bon. On est d’accord, ça fait très début de film d’horreur. À vrai dire, on s’est tous demandé si Jim était un psychopathe ou tout simplement un mec super nice. Après quelques secondes d’hésitation, et surtout en état d’ébriété plutôt avancé, nous sommes arrivés à la conclusion que, à 20, on avait quand même une chance de s’en sortir si on était pris au piège dans un traquenard au fin fond d’une île abandonée. On s’est même dit qu’au pire on pouvait se manger les uns les autres et qu’on avait toujours une chance de ne pas mourir de froid en se blotissant à l’intérieur des cadavres des faibles qui n’auraient pas survécu ou des premières victimes. Pas de grandes chances de mourir de froid dans un pays où la température ambiante avoisine les 30° (allez on descend à 20° la nuit) mais on n’est jamais trop prudent. Alors on y va !

Une bonne vingtaine de minutes plus tard, après avoir parcouru des chemins sinueux et intangibles pour les taxis et autres véhicules (ah si les vaches), nous arrivons enfin à la demeure de ce cher Jim. Au troisième et dernier étage, il nous fait rentrer dans son modeste appartement (mais grand pour HK), qui a un balcon, un grand salon/salle à manger, et deux chambres, dont une avec deux lits doubles… collés. Nous nous interrogeons un moment sur les activités nocturnes de ce cher Jim, et ne nous disons pas une seconde que cela pourrait être la scène de crime de nos futurs assassinats. Puis, direction le toît, un étage au-dessus. Le paradis. Bon, j’envoie quand même un petit MMS de détresse à Alex :

2013-09-07 22.22.31

« Si demain je ne reviens pas, je me suis faite assassiner ici »

On mange, on boit, on essaye pendant mille ans de faire prendre les braises (elles n’étaient pas très coopératives les bougres), barbecue party, on rigole, on danse, on refait le monde, on raconte sa vie, on apprend à découvrir certains des expats avec lesquels on n’avait pas encore eu la chance de discuter, on flirte, on dort (pour certains ha ha mais pas pour moi, parce que je vous ai dit je carbure à la nitro je dors pas je suis une ouf !).

Jim

JIM

(crédit photo Lovisa Grönlund)

Peu avant l’aube, nous décidons d’aller nous baigner et Jim emmene alors toute la tribu sur la plage près du port de l’île. Dans la nuit noire, le petit troupeau de jeunes expats marchait doucement, les yeux cernés, mais tous excités car ils vivaient une aventure vraiment hors du commun. Sur la route, ils firent la rencontre de mammifères étranges qui dormaient sur la plage, assez intimidants en raison des lueurs jaunes que reflétaient leurs yeux ouverts et immobiles. Après investigation, il se trouve qu’il s’agissait simplement … de vaches. À la seule vue du sable orangé sous les néons, ils quittèrent tous leurs habits pour se jeter, (à demi-)nus dans une eau limpide et presque tiède, insouciants, sous un ciel constellé d’étoiles. L’eau, si claire, laissait par la clarté lunaire transparaître leur corps grelottants.

Bah ouai parfois je me tape des petits kiffs, comme ça.

Inutile de vous préciser qu’après la douche pour enlever tout le sel de nos enveloppes corporelles sensibles, on se caillait sévèrement le derrière. C’est donc tous tremblottants que nous nous sommes dirigés vers le port pour attendre les tacos pour aller au Big Buddha. Parce que, ouai, on se cultive. On va visiter des trucs. Certains, trop fatigués, ont préféré rentrer directement au campus histoire de faire un bon gros dodo. Mais nous, on est des gue-dins, on a enchaîné cash, petit-déjeuner au 7/11 devant un magnifique lever de soleil. Les taxis arrivent au compte goutte, et 53 000 heures plus tard, on arrive au haut-lieu de la culture hong kongaise : le BIG BUDDHA. Malheureusement pour nous, on est arrivé 2h trop tôt… donc on en profite pour dormir à même le sol sur un genre d’autel sacré qui servait peut-être à faire des trucs chelous, mais honnêtement on s’en battait gentiment le haricot. 15 minutes plus tard, on trouve ça bête de rester planter là, donc on va faire une petite randonnée dans le « hiking path » (chemin de randonnée pour les non-bilingues, pas comme moi).

Big buddhaAutel de sacrifices certains

Petit best of du trip :

– Coucou l’araignée noire et jaune qui fait trois fois la taille de la paume de ta main et que tu remarques pile au moment où te trouves pile en dessous.

– Les plantes qui ont l’air sympa mais qui te DÉFONCENT LITTÉRALEMENT le jambonneau quand tu as le malheur de faire frotti-frotta.

– Le selfie de Rafaella avec la tortue toute de ciment/bronze/truc vêtue.

– La ribambelle de toutous en liberté à qui tu veux faire un gros calinou et qui, quand tu t’approches, ont l’air de vieilles carcasses dévorées par les vautours ET les mouchasses (gracias). Même si j’ai mon vaccin antirabique, je vais pas jouer à qui-est-plus-fort-que-peter-mac-calloway non plus. Qu’on se le dise.

On finit la balade, on va dans le seul resto ouvert pour prendre le petit-dej (nouilles sautées) et certains (moi) en profitent pour faire un somme (avec marque de la table sur le front, en mode bégé). Je me réveille quand on s’en va. Timing au top.

On se dirige donc vers les bus quand tout d’un coup on se rend compte qu’on a perdu un membre du groupe… mais pas depuis la randonnée, non. Depuis l’arrivée ! Panique à bord, on crie son nom partout (Jérémy, si tu me lis) pour se rendre compte que l’animal était allé taper son roupillon quelques touffes d’herbes au loin. Nous voilà rassurés.

On prend alors le bus, puis le MTR, et après les 15 minutes de marche réglementaires on arrive enfin au campus. C’est qui qui va pouvoir se reposer (enfin) ? C’est bib… ah bah non en fait, puisque j’ai rendez-vous 2 heures plus tard avec Marjorie, la collègue-stagiaire-doudou-love de mon entreprise de cet été qui est de passage à HK ! Une petite douche, (mars) et ça repart.
À la nitro je vous dis 😉

P.S. : bravo, vous êtes arrivés à la fin de l’article. La maison n’est pas responsable des tendinites aigües de l’index, ni des migraines occulaires récidivistes. Pour toutes réclamations concernant la longueur de ce récit, merci de faire une visite sur ce site de l’internet.

Merci bonsoir !

HKBU Halls

Comme je vous l’ai déjà dit il y a quelques temps, j’ai choisi de vivre sur le campus pour le premier semestre.

Pour environ 170€/mois, j’ai donc la possibilité d’habiter dans les halls universitaires de la HKBU (situé à Kowloon Tong, à 15min à pied de la station de MTR = métro), qui sont plus ou moins collés aux bâtiments dans lequels on a cours. Enfin sauf pour ceux qui sont en science et qui ont cours à l’autre bout, mais en ce qui concerne les étudiants en business, on est bien (cyprien).

Outre les avantages assez incroyables niveaux financier et pratique (en gros je peux me lever à 9h19 et être à l’heure à mon cours de 9h30 – testé et approuvé ce matin-même- et profiter de toutes les infrastructures genre quand je veux), je peux aussi découvrir en immersion totale la culture des youngsters Hongkongais tous foufous qui peuplent les trentaines d’étages dispersés dans les deux tours [la North Tower (la mienne à moi !) et la South Tower (celle d’Alex)]. Et je peux vous assurer que ça envoie une sacrée dose de pâté. Mais un pâté assez spécial tout de même. Dans cet article, je vous parlerai uniquement des résidences + infrastructures cools. Je présenterai l’université et les cours dans un autre !

Voici un spécimen assez rare de chambre masculine avec présence d’un individu de type masculin (Alex).IMG_1171

Mon bureau décoré !

(Je pense quand même un peu à vous… parfois)

 IMG_1959

  Visualisation dans l’espace :

      South Tower                   Cantine                  North Tower

IMG_1595

IMG_1155

La terrasse de la cantine quand il pleut. Est-ce qu’on peut faire plus chinois ?

Je ne pense pas.

La résidence universitaire est ensuite divisée en 4 halls : SR Zhou Hall (les rouges, le mien à moi), CL Soong Hall (les jaunes), CN Yang Hall (les bleus, celui d’Alex), et YP Cai Hall (les oranges) qui se répartissent un étage sur deux. Chaque hall a son lot de goodies (Sac, T-shirts, Stylo, Carnets de notes, Bracelet, Gourde ( ?), etc… et gare à toi, étudiant appartenant à un hall, si tu n’arbores pas ne serait-ce qu’un élément d’identification, car la culture des halls est très présente, et bonjour la compète !

Déjà, lors de la présentation générale des halls pendant la deuxième semaine de cours, on était trié par appartenance, et c’était à qui criait le plus fort son slogan (j’ai essayé d’apprendre le mien, mais désolée c’est pas possible… :/), tous de t-shirts vêtus. Et je peux vous dire que ça donne des frissons !! Voyez plutôt :

 Posons les bases.IMG_1129

(les rouges c’est les meilleuuuuuurs!)

IMG_1131 IMG_1136

Ensuite, c’était parti pour deux semaines d’intégration des nouveaux arrivants. Ma coloc est une freshman, c’est-à-dire que c’est une petite nouvelle ! Elle était donc tous les soirs occupée à peaufiner son intégration avec ses nouveaux potos.

Alors… quand je parle d’intégration… c’est pas genre WEI et tout et tout. Tatata. Ici, l’éclate totale, c’est de danser à 500 sur la macarena (en rythme, siouplé) [la preuve sur ma vidéo instagram !], et de jouer à des jeux de sociétés en gloussant jusqu’à 4h du mat. Prenez une quizaine de jeunes prépubères de 11 à 14 ans, mettez-les dans un parc un jour de forte chaleur avec des bombes à eau, agitez le tout, voilà, ça donne le même résultat, mais en moins pire. Et le tout, sans qu’aucun ne soit sous l’emprise de drogue ou même d’alcool !! [C’est pas vraiment leur truc en fait, l’alcool… Mais j’y reviendrai plus tard.]

IMG_1085El Maracena

Histoire de vous mettre dans le bain de cette innocente pureté, voici la vidéo de présentation des règles de vie sur le campus……. Voilà. Tout est dit. Il faut le voir pour le croire.

(Notez que le tout est produit par les étudiants en Visual Arts & Film Making de l’école, qui ont accès à un building de fou et des équipements bien stylés qui donnent envie. Nice!)

Mais c’est pas très très vrai tout ça… 

…dixit un exchange qui a surpris son coloc local avec une fille dans son lit dès le deuxième soir. Ah bah c’est du joli! Du coup est-ce qu’on va se gêner pour « break the rules » ?

Non. C’est pas moi. J’ai un alibi. J’étais au cinéma.

Vivre en campus, c’est donc malheureusement aussi être réveillé à 3h30 du matin par ses floor mates (les autres habitant du même étage – j’habite au 5ème, chambre 509, avis aux intéressés) qui couinent en courant de chambre en chambre pour se chatouiller mutuellement (je.ne.déconne.pas), ou alors les entendre se raconter leur journée en prenant leur douche, à la même heure. Mais c’est aussi être réveillé à 14h du matin quand tu as besoin de récupérer de ta soirée de la veille et que ta coloc, elle, a mille trucs à faire dans la chambre. Genre manger des Spécial K. Avec une cuillère en métal.

Oui, il faut le savoir : les Hongkongais ne dorment pas, ou très peu. Que ce soit à l’université ou au travail (coucou les stagiaires), ils sont toujours à faire mille trucs : décoration de leur étage, leur lessive, jouer à la Xbox, faire leurs devoirs, faire des réunions de groupes, etc.. etc.. C’est donc pour cela que la plupart des salles communes et des infrastructures sont ouvertes 24/7. Genre salle de sport, bibliothèque, salles de réunions… Ce qui est plutôt pratique pour les procrastinateurs dans mon genre.

N.B. : Par contre, la dernière fois on a fait un petit bœuf entre expats, et on s’est fait jeté de tous les étages parce que les gens se « plaignaient » du bruit que l’on faisait, alors qu’il n’était que 2h du matin. Un peu hyprocrite quand même …

Mon étage n’a pas encore hérité du gêne artistique, il est un peu tristounet -snif- mais je vous montre celui de ma copine Savannah en attendant la réunion de décision de décoration de mon 5th floor !! Et donc d’ici une petite semaine j’espère que je pourrai vous montrer à quel point on est fun et bigarrés, frais et bien formés.

Photo de la porte de ma chambre, la plus décorée -POUR L’INSTANT- de tout l’étage…

IMG_1635Et ça c’est l’étage de Savannah… Je suis trop jalouse.   IMG_1972Du coup Alex et moi on a décidé de s’appropier la déco. IMG_1973 IMG_1974

IMG_1975 IMG_1983(Jalousiiiiiiiiie! Moi aussi je veux ma tête découpée sur un corps de vahiné)

Ensuite, pour les afficionados du sport, ce campus est juste génial. En plus des différents clubs sportifs (basketball, foot, tennis, aviron (!), fitness, danse de salon, danse modern jazz, hip hop, softball, volleyball, et j’en passe), on a accès à des salles de fitness dans les halls (2 plus exactement), et une immense dans le bâtiment des sports, situé entre l’ancien et le nouveau campus, qui n’est situé qu’à 10min à pieds des résidences, et qui a aussi une piscine bien sympa (25m), à laquelle on a accès pour la modique somme de HK$5 (= 0,50€). Il y a aussi une piscine beaucoup plus grande (50m) plus loin où on peut bronzer et tout, mais j’y suis pas encore allée (mais promis je mettrai à jour l’article dès que ce sera le cas). Ne parlons pas des multiples terrains de sports, d’athlétisme, defoot, tennis, squash, certains indoor ET outdoor. Bref, c’est le PA-RA-DIS !

[photos à venir! ]

Et petit plus pour vous faire rager : un Starbucks a ouvert chez nous en début d’année ! Avec – en prime – des réductions pour nous les étudiants de HKBU. 🙂

C’est peut-être cliché, mais ça fait beaucoup de bien de pouvoir manger un un croissant au brie et au jambon (WTF) histoire de changer du riz/noodles/pieds de poulet (oh non pas encore ceux-là). Même si c’est un truc que je n’aurais jamais choisi en France, je dois avouer que ce fut l’extase totale ce jour-là.

IMG_1154

IMG_1192

                                                     El Brie & Ham Croissant

MIAM

Ça vous donne envie ? 🙂

Oulala 30 jours déjà !

Première semaine. Première soirée. Premiers cours. Premières rencontres.

Deuxième semaine. Onzième soirée. Quatrième cours. On a déjà rencontré tout le monde.

Troisième semaine. Millième soirée. Sixième cours. Ça y est. Je suis Hong Kongaise.

Enfin presque…

IMG_1628(petit selfie respirant la sobriété, c’est cadeau)

Hé oui les cocos, déjà 30 jours que je suis à Hong Kong. Le temps passe si vite !

Quand j’ai posé mon premier pied sur le territoire, mes premières paroles ont suivi illico : « Alex, j’ai l’impression qu’on va bien s’amuser ici». Bon… peut-être que j’ai aussi dit que j’étais super morte et que j’avais faim et chaud, et mal aux fesses après 13h d’avion, mais c’était pas le plus important.

Le fait est que j’avais raison (étonnant, vous ne trouvez pas ?), mais bizarrement je n’avais aucune idée de ce qui allait réellement se passer. EMiens qui me lisez, parisiens avec qui j’ai passé tout l’été, vous allez être étonnés, car la vie en échange est une expérience qui demande beaucoup d’aptitudes :

1. Être en mesure de mémoriser le nom de 250 étudiants (plus les locaux) en quelques jours. Sans se tromper. Et associer le nom et le visage. Là c’est plus corsé. Déjà que c’est assez dur de se souvenir de tout mais alors en plus quand les gens mettent un nom différent sur leur profil facebook on s’en sort plus !!

2. Avoir l’énergie pour survivre aux soirées tous les soirs suivies des sorties randonnées et découvertes de la ville le lendemain matin. Et en souriant. Pour être sociable.

3. Pouvoir être motivée toutes les 5 minutes pour aller à la piscine (car oui, on a une piscine dans le campus)/ manger à la cafète / aller au starbucks (car oui, on a un starbucks dans le campus… oui vous avez aussi le droit d’être jaloux) / aller visiter la ville / sauter des falaises dans de l’eau bleu azur / ramasser des coquillages et crustacés… sur la plage abandonnée. Bon. Vous m’avez comprise.

Je vous assure que tout ça, ça fatigue ! Mais Maman Charras (love) avait tout prévu et m’a gentiment équipée de petites vitamines qui aident pas mal à surmonter tout ça, histoire de jouer les garde-fous de mon énergie naturelle intarissable !

En gros, je carbure à la nitro et tout le monde est jaloux.

J’ai énormément de choses à vous raconter ! Papa, Maman, les gars, désolée, j’ai passé beaucoup trop de temps à kiffer, et je vous fais même pas partager…

Vont suivre des petits articles qui vous narreront des épisodes de ma vie Hong Kongaise, des plus surprenants aux plus magiques, en passant aussi par des trucs de ma everyday life (j’ai pas arrêté de parler anglais qu’est-ce que vous croyez!) histoire que vous puissiez goûter un peu aussi. Parce que vous vous doutez bien qu’il s’est passé pas mal de trucs 😉

Si c’est pas de la générosité, ça !

Allez faut rédiger maintenant ! Et comme diraient les danois qu’on essaye de rendre francophones : « En voiture Simone ».

后会有期。

(hòu huì yǒu qī)

À tôt-bien quoi.

Entrée en matière

Après une demi-heure de car, nous entrons enfin dans le campus de la Hong Kong Baptist University : direction les résidences étudiantes ! À peine nos -lourdes- valises sorties du coffre, nous checkons sur les panneaux d’affichage dans quel « hall » nous sommes et nous rendons dans la cantine, où se trouvent les stands d’accueil. Je me retrouve dans le hall de couleur rouge : « SR Zhou Hall », dont la devise est « Aide sans frontières » (?!).

1011655_10151812355279004_1901160185_n

Bon ça fait un peu croix rouge mais il doit bien y avoir une raison ! Pack de bienvenue dans la poche, mille papiers signés et quelques cartes plus tard, une étudiante m’emmène personnellement dans ma demeure.

Voici l’endroit où je vais passer mes prochaines 122 nuits ! Oui, parce que j’ai l’intention de prendre un appartement sur Hong Kong Island pour le deuxième semestre, histoire de tout tenter et de vivre HK « from the inside ». Ouai, jsuis bilingue.

Le côté en bordel, c’est le mien.

2013-08-27 14.34.29

Autant vous dire que niveau intimité c’est pas l’éclate totale. Mais bon, c’est l’jeu ma pauvre lucette ! Autant aller jusqu’au bout du truc ! Je découvre donc l’immensité des locaux (en gros je fais le tour de moi-même), et la salle de bain partagée avec la chambre d’à côté ! Ça a l’air plutôt sympa. Et on a même un mini frigo ! Yay !

1147929_10151812343839004_1864138708_n

En plus, il y a un grand miroir pour prendre plein de photos !

730489_10151812343859004_1447076767_n

(coucou! Bon ok j’ai pris la photo une semaine après l’arrivée, mais ça marche quand même je vous dis!)

1167861_10151812343879004_818696583_n 1305261_10151812343809004_1791521534_n

     

    la douche                             la toilette

On m’annonce que ma demande d’être avec une étudiante en échange comme moi n’a pas abouti et que je serai donc avec une « local student » (trop bilingue vous avez vu ??). Au début je panique, je vais donc devoir partager cet espace … comment dire … « réduit » avec une étudiante Hongkongaise, quintuple immersion plus que totale. Pas possible de changer de chambre avant le 15 septembre… du coup je prends mon courage à demain, date de son arrivée (à la fille!) [haha] et commence à m’installer. J’essaye de me connecter au wifi mais impossible d’y arriver ! Deux étudiants du hall sont donc venus me voir (parmi eux, il y avait Eva, ma « hall tutor », la responsable de l’étage, qui a droit à une belle chambre individuelle, ELLE !) et sont restés avec moi pendant au moins 45 min pour m’aider à installer tout le bordel. A-DO-RABLE. En plus, ils m’ont même offert 5HK$ de climatisation (0,50€ quoi). Non mais ils sont vraiment sympas ces chinois. Pardon. Ces Hongkongais.

Puis vint le moment où je me suis retrouvée seule. Livrée à moi-même dans 7m2… Là je réalise petit à petit que c’est le moment, le moment où tu te rends compte que ta vie va changer et que c’est parti mon kiki. Alors je me suis occupée, parce que ça fait un peu flipper quand même.

Après avoir tout rangé, les effets de la chaleur étouffante de la ville sur mon enveloppe corporelle d’européenne en vadrouille commençaient à se faire sentir (sans mauvais jeux de mots s’il-vous-plaît !). Douche, puis activation du mode belle gosse. Entre nous, après 11h30 d’avion (plus une heure de retard), plus 1h de transport, plus 3h de suffocation intense, mon éclat naturel « was having a bad time » (je ne m’arrête plus). Et puis il faut se faire bien voir et tout ! Donc, ptite casquette, ptite chaussure, je rejoins Alex à la jonction entre nos deux tours (le premier étage fait la liaison entre la tour nord et la tour sud, alex est dans la tour sud) pour découvrir les locaux.

En sortant de ma chambre, je trouve un petit mot de Eva, ma hall tutor, qui me souhaite la bienvenue ! Trop cool ! 🙂

2013-08-27 18.24.03-1

Petit tour par les salles de sport (ouvertes de 7h du mat à minuit SVP), qui sentent tout bon le tout neuf (plastique brûlé) …

2013-08-27 19.25.49

(coucou)

… puis par les salles de musique (piano droit et genre de harpe couchée sur le sol que personne même André Rieu ne peut maîtriser à première vue. Je me chargerai pour vous de trouver un master de cet instrument, que j’appellerai jusqu’à nouvel ordre la « chinharpe »).

Ensuite il y a mille salles de « chill » pour les étudiants, avec des consoles de jeu, des big télés, des canapés en cuir XXL qui donnent envie de se jeter dedans et de s’y rouler pendant plusieurs minutes. Oui, minutes. Tout va vite à HK. Il faut s’habituer au nouveau mode de vie, vous savez. (Alex succombe, pas moi, je suis forte. OK c’est pas vrai je suis étalée juste à coté).

2013-08-27 19.31.30

Nos estomacs se font entendre et il est temps pour nous d’aller nous restaurer à la cantine des halls (juste entre les deux! pratique!).

2013-09-02 15.38.52

On a super faim et on comprend rien à la carte …

2013-09-02 15.39.14

… donc on prend le truc qui a l’air le plus stylé.

Malheureusement pour nous, nous nous retrouvons avec LE plat local : les pieds de poulets. Oui, oui, les pieds. Avec les os, et tout et tout. Très salé, pas bon, avec du riz et du coca, la base. Déçus, on se dit qu’on ne nous y prendra plus !

2013-08-27 18.37.57

Photo du plat-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom (Chicken legs). Ne JAMAIS prendre ce truc.

Accompagné du basique riz/coca.

Nous retrouvons ensuite les autres étudiants et nous nous dirigeons vers HK island, pour se faire un petit « rooftop » histoire de bien commencer l’année. Arrivés à Wan Chai, nous montons l’escalator qui mène à l’ascenseur qui mène au WoolooMooloo Bar, un bar en terrasse (ou rooftop) qui offre une magnifique vue sur les buildings et le harbour (l’eau qui sépare HK island de la partie in-land de HK, là où se trouve mon université). En gros, souffle coupé. Magnifique. Beau. Incroyable. Et les prix font peur aussi : environ 100HK$ pour un verre !! Bon… ça fait toujours que 10€ et c’est toujours moins cher que la plupart des verres dans les bars parisiens … mais ça fait bizarre ! Je commande un petit cocktail sympa avec de la tequila et du jus de litchi (local vous avez dit ?) qui coûte 95HK$ et on me tend la note : 105HK$ ! Quelle ne fut pas ma surprise ! En fait, il faut presque à chaque fois ajouter les « tips » au montant final… Du coup je me sens trahie et je prends mon verre en baissant les yeux. Mais en voyant le spectacle de ouf qui s’offrait devant moi, j’ai vite retrouvé le sourire !

2013-08-27 22.23.57

Ce soir-là, Alex et moi en profitons pour retrouver Pauline, une autre étudiante de l’EM Strasbourg, en stage à HK. Trop des bestas, on se raconte nos lifes en sirotant nos verres.

2013-08-27 22.07.12

Petite photo souvenir/touristes/trop de flash.

Une heure plus tard, la fatigue est trop présente, on s’eclipse pour rentrer au campus : ça fait bien 30h qu’on est debout !! On est fort mais quand même.

Pendant notre recherche du taxi béni, un étudiant Hong Kongais s’approche et nous demande si nous avons besoin d’aide. En effet, les chauffeurs de taxis ne comprennent souvent pas l’anglais… Quelle gentillesse ! Nous donnons le petit papier que nous avons reçu plus tôt sur lequel se trouve notre adresse, et il traduit tout pour nous. Nous montons dans le taxi, 20min plus tard nous arrivons devant l’université, total de 90HK$, divisé par deux, ce qui fait environ 4,5€ par personne. Ça va !

Bien sûr on s’est perdu entre le taxi et l’entrée de l’université, mais c’est ce qui forge les guerriers ! Après avoir trouvé le graal, nous nous quittons pour rejoindre nos chambres respectives… pour enfin trouver le repos – bien mérité !

Bisou les zouzous !

Nei Hou !

Après 11h30 d’un voyage trèèèèèès pénible…

2013-08-26 14.57.24  -> couverture et espace pour les  gambettes

2013-08-26 15.11.00 -> champomy champagne

2013-08-26 15.59.34 ->  petit déjeuner/dîner bien arrosé2013-08-26 14.03.03  ->parés pour dormir

…, nous voilà enfin arrivés à HONG KONG !!

Pas vraiment frais, c’est super excités que nous sortons de l’avion, même si la fatigue se fait sentir (aucun de nous deux n’a clairement réussi à dormir…). La preuve en image.

2013-08-27 01.50.43

À peine sortis, je me fais flasher par une demoiselle d’un certain âge portant un masque chirurgical (courant ici quand quelqu’un est malade) avec un étrange appareil. On m’a informé par la suite qu’elle a pris ma température, pensant à mon teint que j’aurais pu être porteuse d’une maladie très grave qui aurait pu tuer toute la population hong kongaise en deux minutes douze. Heureusement, cela ne devait pas être trop grave puisqu’elle m’a laissée passer.

L’aéroport est très grand, très propre, très classe. Nous sommes étonnés de voir si peu de gens (8h30 heure locale, nous avons eu 1 petite heure de retard). Bagages récupérés, le mien sérieusement abîmé, nous nous dirigeons vers le Starbucks du Hall A, point de rendez-vous pour l’accueil des étudiants étrangers.

Les étudiants qui nous souhaitent la bienvenue sont adorables, nous rencontrons quelques autres étudiants qui nous attendaient (oups :D) et prenons un car spécialement dépêché pour nous.

2013-08-27 09.22.04

Nous découvrons alors Hong Kong : c’est beau, c’est vert, et la conduite est à gauche, en tant qu’ancienne colonie britannique qui se respecte.

2013-08-27 09.34.46

Direction le campus de la Hong Kong Baptist University ! Allez, pour finir je vous apprends à dire bonjour en cantonais :

Nei Hou !

(prononcé neille rrrhooo)

Love